100 free online dating site
top free dating sites
dating websites

 

Par France Hatron

Drame français<

/a>

Age : à partir de 13 ans

Sortie : 28 septembre 2011

Durée : 1h35

Réalisation : Philippe Garrel

Interprétation : Monica Bellucci, Louis Garrel, Céline Sallette, Jérôme Robart.

Sélection à la Mostra de Venise 2011

Un jeune peintre et son épouse, une très belle actrice de cinéma, reçoivent chez eux à Rome, Paul et sa petite amie, deux comédiens fauchés, admiratifs de leurs hôtes. Le peintre vit au rythme de ses tourments et de ses inspirations, le coeur de la diva mal aimée chavire pour un autre, Paul n'a d'yeux que pour la Diva.

L'atmosphère nous touche, le jeu forcé des acteurs nous rappelle Rhomer, mais les clichés et dialogues redondants, et la direction d'acteurs peu dynamique, plombent un peu le scénario. Dommage car l'amitié des deux hommes, entachée par le désir, la passion, la mélancolie, l'obsession et la peur auraient pu engendrer un  grand film. Il nous manque un brin d'émotion pour nous laisser vraiment porter par cette histoire.


zp8497586rq

Par France Hatron

Drame français

Age : à partir de 12 ans

Sortie : 31 août 2011

Durée : 1h40

Réalisation :

Valérie Donzelli

Interprétation :

Valérie Donzelli, Jérémie Elkaïm, César Desseix, Gabriel Elkaïm…

La guerre est déclarée était présenté au Festival de Cannes 2011, en film d’ouverture à La Semaine de la Critique.

 

Un jeune couple (Roméo et Juliette !) se bat jour et nuit pour affronter la tumeur au cerveau de leur petit garçon, les diagnostics de moins en moins optimistes et le corps médical, désarmant par son indifférence et parfois même sa bêtise.

Le sujet n’est pas très vendeur et pourtant… Le film raconte une histoire vécue par Valérie Donzelli et le co-scénariste et acteur principal (Roméo) qui ont formé jadis un couple, ce couple. Et c’est justement leur fils, devenu grand, qui incarne son propre rôle.

La cinéaste pose un regard d’une infinie justesse sur l’appréhension de la maladie, la douleur insoutenable que peuvent ressentir des parents privés de leur enfant, les angoisses de mort, la culpabilité, le désir de sauver son couple et de jouir de sa vie écorchée vive, la présence de la famille à la fois nécessaire et envahissante. Le film présente des aspects quasi documentaires tant il est criant de vérité et va droit au coeur de ceux qui sont passés par là et des autres qui ne savent rien de ce cauchemar sans fin.

la guerre 2Sans juger ses personnages, la cinéaste les observe et les dépeint avec leurs fragilités et leur optimisme. Ils nous donnent ainsi une vraie leçon de vie. La narration, enrichie d’une voix off, mi pessimiste mi détachée, nous rappelle, sans efforts, l’atmosphère de L’enfant sauvage de François Truffaut.  Elle parvient à nous émouvoir de bout en bout, sans effets de pathos, par un accouplement de musiques classiques et techno, alternant entre plans fixes, travellings et panoramiques qui font battre le coeur au rythme de celui de cette mère meurtrie. la guerre 4

Valérie Donzelli se met magnifiquement en scène, dirige ses acolytes de jeu avec tout autant de maestria, et interprète en plus quelques chansons qu’elle a elle-même écrites. Que de talents ! Frédéric Pierrot, incarne, lui, le Professeur Saint-Rose avec une grâce et une douceur qui rassurent et permettent de croire en l’humanité et à la sensibilité de certains médecins. Un sans faute donc pour cette histoire tragique bouleversante, néanmoins truffée d’une bonne dose d’humour et de légèreté.

 

zp8497586rq

viagra online canadian pharmacy

= »113″ height= »150″ />

Par France Hatron

Age : à

anti aging skin care

partir de 10 ans

Sortie : 3 août

Comédie dramatique franco-canadienne

Réalisation : Claude Miller

Interprétation : Marina Hands, James Thierrée, Maya Sansaa… 

zp8497586rq

Par France Hatron

 

 Age : à partir de 15 ans

 Film  franco roumain 

 Sortie : 29 juin 2011

 

Réalisation : Eva Ionesco

Interprétation : Isabelle Huppert, Anamaria Vartolomei, Denis Lavant

 

Eva Ionesco raconte sa vie de petite fille, quand elle avait 10 ans. Sur les premières images, elle se souvient qu’elle jouait à la marelle avec ses longs cheveux blonds tressés et son regard plein de candeur. Sa beauté presque divine, emprunte de naïveté, de charme et de sensualité capta très vite l’attention de sa mère, Hannah, qui lui a demandé de devenir son modèle. La photographe a certes su la sublimer, mais en oubliant qu’elle n’était qu’une enfant.

Photo princess

La réalisatrice Eva Ionesco a en réalité posé pour sa mère, dès l’âge de 4 ans, dans les années 70. Violetta (le nom que s’est donné Eva dans le film) fut surtout élevée par son arrière-grand-mère. Sa mère, Hannah, interprétée par Isabelle Huppert, ne faisait que passer en coup de vent à la maison, fatiguée par ses folles nuits et son travail de photographe, toujours en robe longue sophistiquée et maquillée comme une voiture volée. Cette créature fantasque, presque vulgaire, mi ange mi démon, avait un grain de folie très visible, mais son côté passionné lui donnait quelques excuses. Les mêmes excuses que lui trouvent le spectateur, même si elle choque par ses actes et ses propos méchants.

Quand elle encourage Violetta à poser pour elle – progressivement de plus en dénudée et de moins en moins inhibée – on sent son côté pervers prendre le dessus. Madame est une artiste intellectuelle et peut donc tout se permettre, y compris de considérer sa fillette naïve comme une « papesse de l’érotisme ».

Quand Violetta refuse de poser nue, la pauvre enfant s’entend dire : « je te pensais intelligente ! Tu te fonds dans la médiocrité ! » Comme l’histoire est autobiographique (la réalisatrice posa pour sa mère, dès l’âge de 4 ans, dans les années 70)  et que sa narration et son atmosphère avancent à la manière d’un comte, avec une certaine distance et un ton décalé souvent humoristique, on subit l’intolérable cruauté du propos sans pour autant porter de jugement moral.

Photo princess 2Isabelle Hupert incarne cette égoïste perverse avec brio, mêlant mauvaise foi, sadisme assumé et fragilité avec la juste mesure.

Les images défilent comme des tableaux sublimes, tous plus lumineux les uns que les autres. Les personnages féminins y sont magnifiés, mis en scène comme pour interpréter des rôles de déesses mythiques.

Malgré le talent immense de cette artiste, voire même son génie, on ne peut s’empêcher de penser que son Art flirtant avec la pédopornographie, n’aurait pu trouver sa place à notre époque.

Eva Ionesco ne s’est jamais remise de cette enfance décapitée. Elle accuse la coupable avec la réserve et la dignité propres aux enfants blessés qui ne parviennent pas à dénoncer parce qu’un sentiment de honte et de culpabilité les habitera toujours.

My Little Princess a été présenté à la 50ème Semaine de la Critique à Cannes en 2011.

 

zp8497586rq

Par France Hatron le sentiment de la chair

Film français

Sortie : 29 décembre 2010

Genre : Drame

Durée : 1 h 31

Réalisation : Roberto Garzelli

Scénario : Roberto Garzelli

Interprétation : Annabelle Hettmann, Thibault Vinçon, Claudia Tagbo, Pascal Nzonzi, Emmanuel Salinger, Pierre Moure.

 

La caméra se déplace au ras d’un corps féminin couché sur le dos et touché du bout des doigts par une main – masculine, peut-on supposer - qui semble réaliser un diagnostic médical avec délicatesse et inspiration. Il ne s’agit de toute évidence pas d’un massage de kinésithérapeute. Puis, cette même main inscrit au marqueur des points sur ce même corps. On n’en saura pas plus pour l’instant…  La seconde scène se passe dans un bloc opératoire. Elle est tout autant dépourvue de dialogues et de musique que le premier plan. On se croirait presque dans un reportage à l’esthétique visuelle perfectionnée.

Le scénario se profile juste après, lorsque Héléna, une étudiante en dessin anatomique, se souciant d’une douleur dans le ventre, attend son diagnostic dans le service de Radiologie de l’hôpital où elle effectue son stage. Un médecin charmant, qui enseigne aussi l’anatomie à la Fac, interprète ses résultats et la rassure. Il lui confie avoir remarqué un petit détail atypique de son anatomie : une côte en plus !

le sentiment de la chair 4Nul doute que ces deux belles créatures vont aller plus loin dans le domaine de la connaissance ! Leur passion commune pour l’anatomie et leur attirance physique mutuelle les fait plonger tout d’abord dans une histoire d’amour fusionnelle, très charnelle mais somme toute assez banale. La caméra filme les protagonistes au plus près, ne laissant rien à l’imagination. Cet érotisme, jamais dénué de sensualité, est rendu ni grâce à une émotion fabriquée, ni à une intensité dramatique artificielle. Roberto Garzelli, réalisateur français d’origine italienne, a choisi de filmer ces corps enchaînés de façon naturaliste. On n’entend pas parler de sentiments dans Le sentiment de la chair, on les devine. le sentiment de la chair 2

asian dating sites

Très vite, le désir d’Héléna et de Benoït, et leur plaisir partagé intensément ne les comblent plus. Il leur faut explorer plus loin les secrets de leur corps. Ils ne sont pas fous et pourtant, ils se laissent emporter par ce désir d’absolu en matière de connaissance de leur intimité profonde. Pas celle de l’âme, mais celle du corps. Pour s’appartenir davantage, ils vont sonder leur propre corps comme on sonde des corps malades à la recherche d’une pathologie. On plonge alors dans l’interdit. Roberto Garzelli montre très bien les deux moyens d’expression de cet amour dévorant que sont les scènes d’amour torrides et les explorations médicales des corps qui, elles, n’ont rien d’érotique.

le sentiment de la chair 3Dans la seconde partie du film, on frôle à chaque instant l’improbabilité de cette histoire d’amour. Et pourtant on y croît jusqu’au bout pour deux raisons : les personnages principaux n’étaient pas psychologiquement instables au début de leur relation et le réalisateur n’a jamais franchi le seuil du registre fantastique malgré son sujet propice au surnaturel.

La réussite de ce premier film doit beaucoup au talent vertigineux de ses acteurs. Thibault Vinçon incarne ce médecin passionné avec un mélange subtil de détermination, de gravité, de soumission et de lucidité. Sa performance lui vaut d’ailleurs une pré sélection pour le César du meilleur espoir masculin. Il a notamment joué au théâtre pour Mesguish, Sobel et Podalydès. Sa partenaire à l’écran Annabelle Hettmann se défend par sa beauté naturelle et envoutante, une grâce et une souplesse désarmantes (elle a fait ses classes à l’Opéra de Paris !) qui donnent à son personnage toute la naïveté de la jeunesse et la douleur immense qu’il imposait.

le sentiment de la chair 5Avec ce scénario atypique, Roberto Garzelli a pris le risque de nous éloigner de ses personnages et de nous dégoûter de l’anatomie. Or, il parvient à nous emmener très loin dans leur obsession, sans nous malmener. Demeurent en effet toujours une pudeur et un mystère qui marquent la distance avec l’insoutenable et une sensualité qui nous fait vibrer sans presque jamais nous émouvoir. Etonnante et destabilisante sensation.

 

zp8497586rq